Accueil / Erasmus+ / La structure (secteur, actions...)

LA STRUCTURE DU PROGRAMME

Action-clé 1 : mobilité des individus

Cette action clé soutient :

  • la mobilité des apprenants et du personnel : possibilités offertes aux étudiants, stagiaires, ainsi qu’aux professeurs, enseignants, formateurs, membres du personnel des établissements d’enseignement (scolaires et supérieurs) et organisations de la société civile d’entreprendre une expérience professionnelle ou un apprentissage dans un autre pays ;
  • la mobilité des jeunes (13-30 ans) et des travailleurs de jeunesse : possibilités d'obtenir un soutien financier pour des projets menés en dehors du cadre scolaire: échanges de jeunes, formations et mises en réseau des travailleurs de jeunesse ou de participer à un Service Volontaire Européen dans un autre pays en tant que jeune, organisation d'envoi ou d'accueil
  •  les masters communs Erasmus Mundus : programmes d’études internationales intégrés, de haut niveau, dispensés par des consortiums d’établissements d’enseignement supérieur qui octroient des bourses aux meilleurs étudiants de master durant toute la durée du programme dans le monde entier ;
  • les prêts pour masters Erasmus+ : les étudiants de l’enseignement supérieur des pays participant au programme peuvent demander un prêt garanti par le programme pour partir à l’étranger pendant toute la durée d’un master. Les étudiants doivent s’adresser aux banques nationales ou aux agences de prêts aux étudiants participant à ce dispositif.

Action-clé 2 : coopération en matière d’innovation et d’échanges de bonnes pratiques

Cette action clé soutient :

  • les partenariats stratégiques transnationaux destinés à développer des initiatives relatives à un ou plusieurs domaines de l’éducation, la formation et la jeunesse et à favoriser l’innovation, l’échange d’expériences et de savoir-faire entre les différents types d’organisations associés à l’éducation, à la formation et à la jeunesse ou à d’autres domaines pertinents. Certaines activités de mobilité sont soutenues dans la mesure où elles contribuent à la réalisation des objectifs du projet. Des projets d'Initiatives Jeunes Transnationales menés directement par des jeunes peuvent être soutenus dans le cadre de cette action-clé 2.
  • les alliances de la connaissance entre les établissements d’enseignement supérieur et les entreprises, qui visent à favoriser l’innovation, l’entrepreneuriat, la créativité, l’employabilité, l’échange de connaissances ou l’enseignement et l’apprentissage pluridisciplinaires ;
  • les alliances sectorielles pour les compétences, qui soutiennent la conception et la réalisation de programmes de formation professionnels communs et de méthodologies d’enseignement et de formation et s'appuient sur les tendances observées dans un secteur économique spécifique et sur les compétences nécessaires pour obtenir de bons résultats dans un ou plusieurs domaines professionnels ;
  • les projets visant à renforcer les capacités, qui soutiennent la coopération avec les pays partenaires dans les domaines de l’enseignement supérieur et de la jeunesse et qui ont pour objectif de soutenir les organisations/établissements et systèmes dans leur processus de modernisation et d’internationalisation. Certains types de projets de renforcement des capacités soutiennent des activités de mobilité dans la mesure où celles-ci contribuent à la réalisation des objectifs du projet ;
  • les plates-formes de soutien informatique, comme eTwinning, la plate-forme européenne pour l’éducation des adultes (EPALE) et le portail de la jeunesse européenne, offrant des espaces de collaboration virtuels, des bases de données d’idées de projets, des réseaux d’échange de bonnes pratiques et d’autres services en ligne pour les enseignants, les formateurs et les praticiens, dans le domaine de l’éducation scolaire et de l’éducation des adultes, ainsi que pour les jeunes, les volontaires et les animateurs socio-éducatifs, en Europe et ailleurs.

Action-clé 3 : soutien à la réforme des politiques

Cette action clé soutient :

  • les rencontres entre les jeunes et les responsables des politiques de jeunesse européens pour  favoriser la coopération européenne dans le domaine de la jeunesse en encourageant un dialogue structuré entre les décideurs politiques et les jeunes;
  • les connaissances dans les domaines de l’éducation, de la formation et de la jeunesse, pour fonder sur des éléments probants les décisions politiques et le suivi de celles-ci, en particulier :
    • l’analyse thématique et par pays, y compris par l’intermédiaire d’une coopération avec les réseaux universitaires ;
    • les évaluations et les apprentissages par les pairs grâce aux méthodes ouvertes de coordination dans l’éducation, la formation et la jeunesse ;
  • les initiatives en matière d’innovation destinées à favoriser l’élaboration de politiques innovantes parmi les parties prenantes et à permettre aux autorités publiques de tester l’efficacité des politiques innovantes grâce à des essais sur le terrain basés sur des méthodologies d’évaluation sûres ;
  • le soutien aux outils stratégiques européens, pour faciliter la transparence et la reconnaissance des compétences et certifications, ainsi que le transfert de crédits, pour favoriser l’assurance qualité, soutenir la validation de l’apprentissage non formel et informel, la gestion des connaissances et l’orientation. Cette action comprend également le soutien aux réseaux qui facilitent les échanges transeuropéens, l’apprentissage et la mobilité professionnelle des citoyens, ainsi que l’élaboration de parcours d’apprentissage flexibles entre les différents domaines de l’éducation, de la formation et de la jeunesse ;
  • la coopération avec les organisations internationales ayant une expertise et une capacité d’analyse largement reconnues (comme l’OCDE et le Conseil de l’Europe), pour renforcer l’influence et la valeur ajoutée des politiques dans les domaines de l’éducation, de la formation et de la jeunesse ; 
  • le dialogue avec les parties prenantes européennes concernées, à savoir principalement le forum annuel de l’Union européenne sur le sport et l’aide aux manifestations sportives organisées par l’État membre de l’Union européenne qui exerce la présidence de l’Union européenne. D’autres réunions et séminaires ad hoc pour garantir un dialogue optimal avec les parties prenantes du domaine du sport seront également organisés le cas échéant.

Activités Jean Monnet

Les activités Jean Monnet soutiendront :

  • les modules académiques, les chaires, les centres d’excellence, afin de renforcer l’enseignement sur les études d’intégration européenne figurant dans un programme officiel d’un établissement d’enseignement supérieur, ainsi que de mener, suivre et superviser des recherches sur l’UE, également pour d’autres niveaux de formation, tel que la formation des enseignants ou l’enseignement obligatoire. Ces actions sont également destinées à fournir un enseignement approfondi dans l’étude de l’intégration européenne aux futurs professionnels qui exerceront dans les domaines en plein essor sur le marché du travail. En parallèle, elles visent à encourager, conseiller et encadrer la jeune génération d’enseignants et de chercheurs dans les domaines de l’intégration européenne ;
  • les débats avec le monde universitaire, par l’intermédiaire de : a) réseaux, pour renforcer la coopération entre les différentes universités de toute l’Europe et du monde entier, favoriser la coopération et créer une plate-forme d’échange de connaissances d’un niveau élevé avec les acteurs publics et les services de la Commission sur des sujets très pertinents relatifs à l’UE ; b) projets axés sur l’innovation, les possibilités de valorisation croisée et la diffusion des informations sur l’UE et visant à encourager la discussion, la réflexion sur les problématiques de l’UE et à renforcer les connaissances sur l’UE et ses processus ;
  • l’aide aux organismes, pour organiser et mener à bien les activités statutaires des organismes chargés des études sur l’UE et sur les problématiques européennes et pour rendre les données sur l’UE accessibles à un plus large public, en vue de renforcer la citoyenneté européenne active.

Dans le cadre des Activités Jean Monnet des subventions de fonctionnement sont octroyées à des établissements désignés qui poursuivent un objectif d’intérêt européen et des études et conférences sont organisées dans le but de donner aux décideurs politiques de nouvelles informations et des suggestions concrètes.

 

Sport

Les actions dans le domaine du sport soutiendront :

  • les projets de collaboration, qui visent à favoriser l’intégrité du sport (antidopage, lutte contre le trucage de matchs, protection des mineurs), à soutenir des approches innovantes de l'application des principes de l’UE concernant la bonne gouvernance dans le sport et les stratégies de l’UE dans le domaine de l’inclusion sociale et de l’égalité des chances, à encourager la participation à des activités physiques et sportives (en soutenant l’application des lignes directrices de l’Union européenne concernant l’activité physique, le volontariat, l’emploi dans le sport, ainsi que l’éducation et la formation dans le domaine du sport), et à appuyer l’application des lignes directrices de l’UE concernant la double carrière des athlètes ;

  • les manifestations sportives européennes à but non lucratif, en accordant des subventions aux institutions chargées de la préparation, de l’organisation et du suivi d’une manifestation donnée. Les activités prévues seront les suivantes : organisation des activités de formation pour les athlètes et les volontaires avant la manifestation, des cérémonies d’ouverture et de clôture, des compétitions, des activités annexes à la manifestation sportive (conférences, séminaires), ainsi que la mise en place des activités ultérieures, comme les évaluations ou les activités de suivi ;

  • le renforcement des données disponibles pour l’élaboration de politiques par des études, des collectes de données et des enquêtes, des réseaux, des conférences et séminaires qui diffusent les bonnes pratiques des pays participant au programme et des organisations sportives et qui renforcent les réseaux à l’échelle européenne pour que les membres nationaux de ces réseaux bénéficient de synergies et d'échanges avec leurs partenaires ;

  • le dialogue avec les parties prenantes européennes concernées, à savoir principalement le forum annuel de l’Union européenne sur le sport et l’aide aux manifestations sportives organisées par l’État membre de l’Union européenne qui exerce la présidence de l’Union européenne. D’autres réunions et séminaires ad hoc pour garantir un dialogue optimal avec les parties prenantes du domaine du sport seront également organisés le cas échéant.