Accueil / Actualité / Detail
17/11/2017

Des écoles au top pour encadrer les stages à l’étranger !

De la préparation à la reconnaissance des nouvelles compétences acquises

De la préparation à la reconnaissance des nouvelles compétences acquises lors du stage à l’étranger, les enseignants réalisent un travail remarquable pour garantir que le stage Erasmus+ soit une vraie plus-value pour le jeune.

Focus sur l’accompagnement mis en place par ces écoles.

La sélection des élèves : un premier pas vers une mobilité de qualité

Les établissements basent leur sélection tant sur les savoir-faire professionnels que sur le savoir-être.

  • CV et lettre de motivation
  • bilan des résultats scolaire et de la maîtrise technique nécessaire au stage
  • évaluation de l’esprit d’initiative du jeune, de sa relation aux autres, de sa régularité et de son autonomie
  • entretien linguistique et échanges autour de thèmes comme la gestion d’un budget ou la vie en communauté  

La plupart des écoles préfèrent ouvrir le stage Erasmus+ aux élèves de dernière année : ils ont déjà une expérience en milieu professionnel et gèrent mieux l’éloignement avec la famille. En ce qui concerne l’alternance, les patrons ne peuvent pas toujours libérer leurs apprentis.

L’implication demandée aux élèves pour se préparer (cours de langue, réunions, documents à rassembler) est également sélective et seuls restent les plus motivés.

La préparation à la mobilité : support à de nombreux apprentissages

Une expérience de mobilité c’est toutes sortes d’apprentissages : techniques, linguistiques, sociaux, personnels. Autant de volets qui doivent être préparés. Chacun de ces aspects est soigneusement travaillé par les écoles que nous avons rencontrées.

  • Culturel : recherches sur le pays d’accueil, page Facebook pour échanger sur les activités à faire sur place, jeux de découverte sur le pays
  • Linguistique : cours de langue, rédaction de lexiques de vocabulaire, tables de conversation
  • Technique: travail des savoir-faire professionnels qui seront requis pendant le stage, par exemple, via la préparation de séquences d’activités pour les élèves en animation, la réalisation de recettes locales pour les élèves en restauration ou le croquis de bijoux à créer sur place pour les élèves en bijouterie, l’analyse du chantier sur lequel ils travailleront pour les élèves en maçonnerie ou la réalisation d’un dossier sur l’entreprise d’accueil
  • Autonomie : le jeune est invité à être proactif, en rassemblant les documents nécessaires au stage, respectant certains délais et à se renseigner sur les transports sur place
  • Vie de groupe : travail sur les droits et devoirs de chacun, partage des tâches et activités de team building avant le départ
  • Logement : une location commune sécurise les jeunes et facilite les activités ensemble, un hôtel permet une prise en charge des repas, alors qu’un internat, un foyer de jeunes travailleurs, une auberge de jeunesse ou une colocation permettent la rencontre entre jeunes européens – chaque solution ayant ses avantages
  • Partenaire d’accueil : l’accueil par une école permet aux élèves de rencontrer des jeunes locaux et de participer à certains de leurs cours, ce qui n’est pas le cas lorsque l’accueil se fait directement en entreprise

Un voyage préparatoire permet de rencontrer les partenaires, choisir les logements et passer en revue les aspects pédagogiques du stage. La rencontre avec les maîtres de stage sur place est indispensable pour s’assurer que le stage constitue un réel apprentissage. Certains établissements travaillent avec des organismes intermédiaires, payants, qui gèrent alors ces aspects-là.

Le rôle crucial des accompagnateurs

Rassurant, offrant un cadre, assurant le suivi des élèves dans leur stage et leur vie en communauté, médiateur, chauffeur ou intervenant lors de situations d’urgence, le rôle des accompagnateurs varie beaucoup selon l’autonomie des élèves. Pendant le séjour, les écoles organisent des débriefings pour permettre aux jeunes d’exprimer leur ressenti et s’assurer que l’expérience soit positive. Dans le cas de partenariats de longue date, ce rôle d’encadrement est parfois assuré par le partenaire sur place.

Il n’est pas toujours facile de trouver des enseignants qui sont prêts à partir une ou plusieurs semaines pour accompagner les élèves en mobilité. Cependant, les retombées positives du projet sur les élèves et l’école sont telles qu’elles amènent d’autres enseignants à vouloir tenter l’expérience.

Un stage qui fait partie intégrante du cursus du jeune

Le stage à l’étranger fait partie intégrante du cursus du jeune et compte pour sa qualification. Il s’agit de valider des unités précises d’apprentissage: « climatisation » pour les élèves de mécanique automobile, « concevoir et animer des actions pour personnes en situation de handicap » pour les élèves en animation ou « faire un massage du corps » pour les élèves en esthétique. L’évaluation est faite dans l’école d’accueil ou au retour du stage sous forme d’épreuve orale. Une grille d’évaluation réalisée sur base du référentiel de formation est utilisée et certaines écoles utilisent aussi une grille d’évaluation des savoirs-être comportementaux liés au métier.

Un projet aux effets émulateurs pour l’ensemble de l’établissement 

Un projet Erasmus+ est un projet de toute une année et qui soude l’équipe et les élèves. A l’étranger, un autre relationnel s’installe, amenant à une réelle cohésion de groupe. Les élèves restés sur place partagent le projet grâce aux échanges en classe, un groupe Facebook ou une newsletter envoyée pendant le séjour.

Les jeunes partis en mobilité motivent les plus jeunes à vouloir partir mais également les camarades et enseignants d’autres sections de l’école. Un enseignant raconte : « Nous avons commencé le projet avec 2 élèves d’une section. Ensuite, on est partir avec 10 élèves, et maintenant plusieurs sections nous ont rejoint».

Le projet Erasmus+ permet également à l’école de se démarquer : certains jeunes choisissent ces écoles précisément parce qu’elles offrent cette expérience à l’étranger. La dissémination faite du projet permet également de valoriser l’école: articles dans la presse locale, site internet, stand lors des journées portes ouvertes, remise des diplômes, repas festifs, vidéos, …

Envie d’ouvrir votre école à ces stages ? Contactez-nous et suivez notre page Facebook pour découvrir d’autres témoignages.  

Merci à toutes les écoles en projet Erasmus+ avec le Centre de Coordination et de Gestion des Programmes Européens et sans qui nous n’aurions pu avoir ce retour d’expériences.